Dans les laboratoires Éclair

Le Navire Argo doit s’installer au cœur des anciens laboratoires Éclair d’Épinay-sur-Seine, lieu emblématique de l’industrie du cinéma en France. Pour rendre possible cette implantation, nous cherchons à finaliser le financement des importants de travaux de rénovation nécessaires.

Les anciens laboratoires Éclair

Créés à Épinay-sur-Seine en 1907, les laboratoires Éclair ont développé, truqué et tiré tout au long du siècle passé la majorité des films en pellicule pour le marché français.

Touché de plein fouet par la transition numérique des années 2010, ce site industriel de 4 hectares a été fermé en 2015.

A 30 min en transports du centre de Paris, les anciens laboratoires renaissent aujourd’hui en grand quartier culturel sous l’impulsion de la Ville d’Épinay-sur-Seine qui a racheté la parcelle en 2018.

A l’horizon 2023, le site Éclair deviendra un lieu vivant et de passage où se cotoieront plus d’une centaine ateliers d’artistes et d’artisans, un restaurant associatif, une galerie d’art et un chapiteau dédié aux concerts et autres évènements festifs.

Dans cette effervescence, le Navire Argo s’installe sur 1 400 m2 dans le bâtiment Production, là-même où les techniciens de laboratoire développaient les négatifs originaux des films, et où les clients pouvaient assister à l’étalonnage dans une salle de projection dédiée.

Les cinéastes prendront le relais des techniciens et la salle s’ouvrira au public. Ce qui est longtemps resté inaccessible se met au service des pratiques contemporaines du cinéma argentique et de la conservation des savoir-faire.

L’implantation du Navire Argo

Réinvestir ce corps de bâtiment présente plusieurs avantages puisqu’une partie se son infrastructure pourra être réutilisée : les extractions d’air sont déjà présentes dans la zone des développeuses, la salle de projection est équipée d’une cabine à qui il ne manque plus que nos projecteurs 35mm et 16mm.

Toutefois, l’aménagement des locaux, qui étaient adaptés à une activité industrielle, doit être reconfiguré pour les cinéastes travaillant en argentique aujourd’hui. D’autre part, le bâtiment, construit en 1952, et vide pendant près d’une décennie, s’est considérablement dégradé.

Alors que les machines de développement faisaient office de radiateurs, et que l’isolation thermique est quasiment inexistante, il nous faut imaginer un bâtiment sobre énergétiquement. Nous devons isoler murs et plafonds, installer un nouveau système de chauffage, des fenêtres en double-vitrage.

Alors que la salle de projection accueillait uniquement producteurs et chefs-opérateurs, elle doit maintenant être conforme à la réglementation pour l’accueil du public.

Les espaces à l’intérieur du laboratoire sont eux aussi à repenser, certains cloisonnements doivent disparaître, des salles sans poussière créées, les circulations revues. Un espace doit également être conçu pour pouvoir conserver à long-terme dans de bonnes conditions la collection de films du Navire Argo.

Une première étude réalisée à l’automne 2021 avec un architecte-conseil nous a permis d’estimer la faisabilité du projet et de chiffrer le montant des travaux de réhabilitation à 2,5 millions d’euros.

François Le Pivain, architecte

La recherche de financement

Cet investissement, à l’échelle de la surface et des infrastructures, est à mettre en regard avec les enjeux qui mènent à la création de ce lieu pérenne.

A la suite de cette réhabilitation, les cinéastes de l’association prendront en charge l’aménagement des locaux, ainsi que l’implantation et la mise en route des machines.

En échange de l’investissement important que nous allons réaliser dans ce bâtiment dont elle est propriétaire, la Ville s’engage à céder l’usage des locaux à l’association sur le long terme ; un bail emphytéotique est en cours de négociation dans ce but.

La Ville d’Epinay-sur-Seine a également entamé des travaux de couverture, structure et isolement au tiers pour assurer le clos et le couvert du Navire Argo préalablement au début de notre chantier.

La part de financement public de la réhabilitation est désormais en place : le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée sera au rendez-vous du Navire Argo, et en combinaison avec la Région Ile-de-France et le Département de la Seine-Saint-Denis, l’ensemble devrait couvrir 2 millions d’euros sur les 2,5 millions d’investissement qui sont nécessaires.

Pour finaliser le financement du Navire Argo, il nous faut donc trouver 500 000 € dans les mois qui viennent, en combinant les apports de dons privés, de mécènes et de fondations.

Dans ce cadre, un financement participatif avec un objectif de 50 000 € est en cours.

A cet effet, L’Abominable s’est associé au fonds de dotation culturel Artutti (), ce qui a notamment pour effet de rendre défiscalisables les dons des personnes et des entreprises.

Plusieurs fondations ont été contactées, et pour certaines nous attendons la réponse.

La part de dons privés que nous saurons mobiliser reste un atout important, et même les dons d’un petit montant sont utiles, car ils démontrent que le projet répond à une attente large.

Nous vous invitons à partager ces informations auprès de personnes ou de structures qui pourraient l’abonder, et bien entendu, si vous avez les moyens et souhaitez rendre possible l’existence d’un tel lieu, à nous aider directement.

L’association L’Abominable est soutenue par le Centre National du Cinéma et de l’image animée, la région Île-de-France, le département de Seine-Saint-Denis et la ville de La Courneuve.

Retour haut de page