Un lieu à bâtir

Pour réaliser le Navire Argo, nous sommes à la recherche de locaux pérennes d’ici l’été 2022, à travers une mise à disposition ou un achat à un prix symbolique.

Cahier des charges

Surface
Environ 1000 m2  

Durée
Pérenne  

ERP
Accueil du public dans une salle de projection d’une centaine de places 

Localisation
En Île-de-France, de préférence Plaine-Commune / Seine-Saint-Denis, si possible proche du moyen de transport RER ou d’un métro

Typologie idéale 

Bâtiment industriel de centre-ville (ancienne fabrique, locaux techniques, ateliers, laboratoires divers) ou équipement collectif désaffecté (piscine, bains-douches, cuisines, école, dispensaire, ancien cinéma, etc.)

Disposition des locaux

• Accès indépendant.

• Rez-de-chaussée nécessaire pour supporter la charge de machines lourdes ou bien un monte-charge.

• Activité nécessitant différents points d’accès à l’eau, d’évacuations et de ventilation

• De préférence un local non imbriqué sous des logements.

Modèle (très) économique envisagé

• Mise à disposition d’un local par une municipalité, une communauté de communes ou un bailleur institutionnel à travers un bail emphytéotique ou une location à un tarif adapté à l’économie de l’association.

• Achat pour un coût symbolique d’un bâtiment existant permettant de lever des fonds pour une rénovation adaptée, durable et une ouverture au public d’une partie des locaux. 

L’association L’Abominable est soutenue par le Centre National du Cinéma et de l’image animée, la région Île-de-France, le département de Seine-Saint-Denis et la ville de La Courneuve.


Les espaces

Plans du Navire

Survolez et cliquez sur le plan pour afficher la légende.

Plan Navire Argo laboratoire argentique cinéma salle de projection atelier développement film 16mm 35mm
Cabine de projection Salle de projection Foyer Développement machine Stockage & préparation chimie Chambre noire Nodal du labo Tirage contact Trucas Oxberry & JK Banc-titre Report son Réserves Pièces & machines de substitution Atelier d'électronique Atelier de mécanique Atelier de fabrication générale Bureaux Espace de convivialité Sous-titrage Stockage de la collection Archives Scan & vidéo numérique Salles de montage Réserves vidéo / son Chambre

Cabine de projection

Équipée de projecteurs de cabine 16mm et 35mm double-poste pour pouvoir diffuser la plupart des copies en circulation et former des projectionnistes

Salle de projection

Une centaine de places, suffisamment d'espace pour pouvoir accueillir des performances

Foyer

Un lieu d'échanges convivial pour accueillir du public et y discuter des films autour d'un verre, pouvant également tenir lieu de salle pédagogique et de lieu d’exposition

Développement machine

Développeuses permettant les traitements négatifs (originaux) et positifs (copies) en 16mm/35mm noir et blanc et couleur ; relavage après sous-titrage, essuyage

Stockage & préparation chimie

Fabrication des bains de développement

Chambre noire

Développement du film à la main en spire, tirage à plat et à l'agrandisseur

Nodal du labo

Inspection et manipulation des éléments sur tables lumineuses et tables de montages, rembobinage, montage négatif, synchroniseuses, frigos de pellicules vierges

Tirage contact

Tirage de copies sonores 16mm et 35mm

Trucas Oxberry & JK

Tirage optique permettant ralentis, trucages, superpositions, changement de formats en Super-8, 16mm et 35mm

Banc-titre

Prises de vue sur banc titre 16mm/35mm et kinescopage (vidéo vers film)

Report son

Caméras son permettant d'exposer les pistes optiques 16mm et 35mm

Réserves

Projecteurs portables et éléments filmiques

Pièces & machines de substitution

Stock de pièces permettant la maintenances des machines, et machines complètes en doublon

Atelier d'électronique

Réparation et création de circuits électroniques, mais aussi de caméras et de projecteurs portables

Atelier de mécanique

Réparation et création de pièces mécaniques par tournage, fraisage, impression 3D, etc.

Atelier de fabrication générale

Espace nécessaire à l'entretien courant et à l'aménagement du local, outillage, matières brutes

Bureaux

Espace de travail, documentation technique

Espace de convivialité

Salle de réunion, cuisine pour l'équipe et les cinéastes travaillant dans le labo

Sous-titrage

Gravure laser de sous-titres sur copies 16mm/35mm

Stockage de la collection

Collection de films 16mm et 35mm du Navire Argo (sous-dépôt de la Cinémathèque Française, archives privées, etc.)

Archives

Archives de l'association L'Abominable depuis 1996

Scan & vidéo numérique

Numérisation des films ; station de montage et d'étalonnage en numérique

Salles de montage

Pièces dédiées au montage sur support film en 16mm et 35mm

Réserves vidéo / son

Petit matériel de prises de vues et de post-production

Chambre

Pièce équipée pour héberger les cinéastes venus de loin

Les espaces de A à Z (↓)

Atelier d’électronique : Réparation et création de circuits électroniques, mais aussi de caméras et de projecteurs portables

Atelier de mécanique : Réparation et création de pièces mécaniques par tournage, fraisage, impression 3D, etc.

Atelier de fabrication générale : Espace nécessaire à l’entretien courant et à l’aménagement du local, outillage, matières brutes

Archives : Archives de l’association L’Abominable depuis 1996

Banc-titre : Prises de vue sur banc-titre 16mm/35mm et kinéscopage (vidéo vers film)

Bureaux : Espace de travail, documentation technique

Cabine de projection   Équipée de projecteurs de cabine 16mm et 35mm double-poste pour pouvoir diffuser la plupart des copies en circulation et former des projectionnistes.

Chambre : Pièce équipée pour héberger les cinéastes venus de loin

Chambre noire : Développement du film à la main en spire, tirage à plat et à l’agrandisseur

Développement machine : Développeuses permettant les traitements négatifs (originaux) et positifs (copies) en 16mm/35mm noir et blanc et couleur, relaveuse après sous-titrage, essuyeuses

Espace de convivialité : Salle de réunion, cuisine pour l’équipe et les cinéastes travaillant dans le labo

Foyer : Un lieu d’échanges convivial pour accueillir du public et y discuter des films autour d’un verre, pouvant également tenir lieu de salle pédagogique et de lieu d’exposition

Nodal du labo : Inspection et manipulation des éléments sur tables lumineuses et tables de montages, rembobinage, montage négatif, synchroniseuses, frigos de pellicules vierges

Pièces & machines de substitution : Stock de pièces permettant la maintenance des machines, et machines complètes en doublon

Report son : Caméras son permettant d’exposer les pistes optiques 16mm et 35mm

Réserves : Projecteurs portables et éléments filmiques

Réserves vidéo / son : Petit matériel de prises de vues et de post-production

Salles de montage : Pièces dédiées au montage sur support film en 16mm et 35mm

Salle de projection : Une centaine de places, suffisamment d’espace pour pouvoir accueillir des performances

Scan & vidéo numérique : Numérisation des films ; station de montage et d’étalonnage en numérique

Sous-titrage :  Gravure laser de sous-titres sur copies 16mm/35mm

Stockage & prépa chimie : Fabrication des bains de développement

Stockage de la collection : Collection de films 16mm et 35mm du Navire Argo (sous-dépôt de la Cinémathèque Française, archives privées,…)

Tirage contact : Tirage de copies sonores 16mm et 35mm

Trucas Oxberry et JK : Tirage optique permettant ralentis, trucages, superpositions, changements de formats en super-8, 16mm et 35mm

De A à Z

Atelier d’électronique : Réparation et création de circuits électroniques, mais aussi de caméras et de projecteurs portables

Atelier de mécanique : Réparation et création de pièces mécaniques par tournage, fraisage, impression 3D, etc.

Atelier de fabrication générale : Espace nécessaire à l’entretien courant et à l’aménagement du local, outillage, matières brutes

Archives : Archives de l’association L’Abominable depuis 1996

Banc-titre : Prises de vue sur banc-titre 16mm/35mm et kinéscopage (vidéo vers film)

Bureaux : Espace de travail, documentation technique

Cabine de projection   Équipée de projecteurs de cabine 16mm et 35mm double-poste pour pouvoir diffuser la plupart des copies en circulation et former des projectionnistes.

Chambre : Pièce équipée pour héberger les cinéastes venus de loin

Chambre noire : Développement du film à la main en spire, tirage à plat et à l’agrandisseur

Développement machine : Développeuses permettant les traitements négatifs (originaux) et positifs (copies) en 16mm/35mm noir et blanc et couleur, relaveuse après sous-titrage, essuyeuses

Espace de convivialité : Salle de réunion, cuisine pour l’équipe et les cinéastes travaillant dans le labo

Foyer : Un lieu d’échanges convivial pour accueillir du public et y discuter des films autour d’un verre, pouvant également tenir lieu de salle pédagogique et de lieu d’exposition

Nodal du labo : Inspection et manipulation des éléments sur tables lumineuses et tables de montages, rembobinage, montage négatif, synchroniseuses, frigos de pellicules vierges

Pièces & machines de substitution : Stock de pièces permettant la maintenance des machines, et machines complètes en doublon

Report son : Caméras son permettant d’exposer les pistes optiques 16mm et 35mm

Réserves : Projecteurs portables et éléments filmiques

Réserves vidéo / son : Petit matériel de prises de vues et de post-production

Salles de montage : Pièces dédiées au montage sur support film en 16mm et 35mm

Salle de projection : Une centaine de places, suffisamment d’espace pour pouvoir accueillir des performances

Scan & vidéo numérique : Numérisation des films ; station de montage et d’étalonnage en numérique

Sous-titrage :  Gravure laser de sous-titres sur copies 16mm/35mm

Stockage & prépa chimie : Fabrication des bains de développement

Stockage de la collection : Collection de films 16mm et 35mm du Navire Argo (sous-dépôt de la Cinémathèque Française, archives privées,…)

Tirage contact : Tirage de copies sonores 16mm et 35mm

Trucas Oxberry et JK : Tirage optique permettant ralentis, trucages, superpositions, changements de formats en super-8, 16mm et 35mm

Tout le matériel nécessaire au Navire Argo a été collecté et remis en état depuis 25 ans par l’association L’Abominable.

Calendrier

Calendrier

Sels d’argent contre mètres carrés

Nous sommes nés de la volonté tenace d’une poignée de cinéastes, et du désir de faire des films en marge, à l’écart des schémas de production conventionnels. À partir du moment où nous avons commencé à pouvoir trouver – pour une bouchée de pain – les outils de laboratoire qui auparavant coûtaient des fortunes, il suffisait de les remettre en route et d’apprendre à s’en servir pour devenir maîtres de nos propres productions. 

Cette méthode directe, concrète, à la fois simple et un peu folle – nous n’avions pas idée de la complexité de ce qui nous attendait – a été notre creuset. Notre existence et celle du réseau des laboratoires cinématographiques d’artistes était inattendue, « hors cadre » comme notre premier interlocuteur au Centre National du Cinéma l’a qualifiée. Nous n’avions pas de légitimité « institutionnelle » et nous n’en aurions probablement jamais, ou en tous cas elle n’aura jamais l’évidente légitimité d’un conservatoire de musique, d’un théâtre ou d’une piscine.

Si nous avons réussi à tenir, à agréger machines et connais­­sances, à faire des films en parallèle, c’est parce que dès le premier jour nous avons pu bénéficier d’une faille dans le marché de l’immobilier. D’abord installés quasiment gratuitement dans les sous-sols d’une ancienne fabrique des années 1920 appartenant à un propriétaire peu enclin à rentabiliser son bien, puis dans les anciennes Cuisines Centrales de La Courneuve mises à disposition par la ville, nous avons pu travailler, mettre à l’abri puis réinstaller et partager le matériel qui parvenait jusqu’à nous, et notamment faire face au flux massif de machines lié à la chute des laboratoires commerciaux.  

Naturellement, nous avons une part de recettes propres, dont le socle provient de la participation des cinéastes aux travaux de laboratoire, mais il s’agit d’un cinéma singulier, fait par des cinéastes qui payent pour la plupart de leur poche, avec un médium déjà relativement coûteux à l’achat, des outils qui ne permettent pas les économies d’échelle d’un labo industriel et beaucoup de temps passé avec chacun pour le rendre autonome sur les outils. Ces recettes sont sans commune mesure avec le prix du mètre carré dans la région parisienne, et si nous devions multiplier les tarifs par dix pour qu’elles le soient, ce seraient les cinéastes capables d’assumer ces coûts qui manqueraient : il n’y aurait plus de films faits dans ce laboratoire. L’espace dont nous avons besoin, d’autant plus aujourd’hui avec le laboratoire très complet que nous avons pu constituer depuis 2012, est délié de notre économie ; ou pour le dire autrement, les réalités du marché immobilier sont sans rapport avec ce que nous fabriquons. Nous avons donc besoin d’appuis pour continuer à exister.  

On pourrait imaginer que cet appui vienne de la subvention, qu’un soutien financier qui nous manque pour l’instant vienne rendre possible de louer des locaux de la taille qui nous est nécessaire. Mais en dehors du fait qu’une telle éventualité est bien incertaine, est-il vraiment désirable de vouloir tripler d’un coup les subventions que nous avons péniblement acquises en 25 ans de travail pour en donner l’essentiel à un propriétaire privé ? Nous n’en sommes pas persuadés, d’autant que nous aurons certainement déjà besoin de financements supplémentaires pour mettre en œuvre cette nouvelle étape de notre chemin. 

Nous pensons plutôt que la voie raisonnable, cohérente avec ce que nous avons construit jusque là, consiste en une mise à disposition pérenne de locaux appropriés par une ville ou une collectivité. Cela représentera des coûts de fonctionnement supérieurs à ceux que nous connaissons maintenant, mais c’est atteignable. 

La mise à disposition de locaux à des associations par les collectivités est un formidable moteur qui permet de s’inscrire dans la continuité pour un travail de recherche et d’expérimentation, rôle qu’aucune aide ponctuelle ne saurait remplir. Elle est trop souvent limitée à des lieux dits « intercalaires », destinés à être détruits ou réaffectés par la suite alors qu’un bail emphytéotique, par exemple, permet de réaffecter un espace sur le long terme en missionnant une structure pour rendre le lieu vivant, tout en lui conférant certaines responsabilités par rapport au bâti. 

Redonner vie à une architecture industrielle en la convertissant en lieux culturels est devenue une constante des politiques d’aménagement urbain car pour les villes qui disposent d’un patrimoine foncier lié à leur histoire, notamment un patrimoine industriel de centre-ville, cela représente une opportunité de le valoriser. Une telle politique résonne fortement avec le projet du Navire Argo qui se construit comme la mémoire de l’industrie du cinéma argentique. La mise à disposition d’un patrimoine foncier à faire (re)vivre permettrait également de maitriser les coûts grâce à notre capacité à assumer une bonne partie des travaux. 

Une autre voie serait que nous acquérions, grâce à une combinaison de financements privés et publics, un bâtiment qui puisse accueillir le projet. C’est envisageable si le bâtiment en question est vendu à un prix symbolique. Nous pourrions nous engager à ce que ce bâtiment soit réservé à une activité culturelle, et qu’il sorte du domaine de la spéculation immobilière.

Quelle que soit la manière, nous sommes convaincus que le pari que représente la mise à disposition serait la clé d’un lieu de culture inédit, dont la spécificité fera la force sur le long terme.

Retour haut de page